top of page

Human, histoire d'un retraite spirituelle en terre Maasai



Le Camp Maasaï Neloita, dirigé par Alexandra Dugast Nenkai et Memoussi, est un endroit unique, sans eau courante ni électricité, à part un peu d'énergie solaire. Et bien sûr, pas de réseau disponible, une vraie déconnexion avec le monde moderne. Mais ça fait partie de l'aventure, et c'est ce qui rend cet endroit si spécial.


Cette retraite spirituelle, organisée par Emmanuelle Guiard-Paulos avec Sylvie Di Scala, a été une véritable bouffée d'air frais pour moi. Je suis venue ici pour moi, pour les rencontres, pour vivre pleinement chaque instant, et je n'ai pas regretté une seule seconde.


Je n'ai pas pris mon appareil photo avec moi, alors toutes les photos que j'ai prises sont faites à l'iPhone, même si j'ai emprunté le boîtier d'une amie le dernier jour.


Le Camp Maasaï Neloita, avec son ambiance authentique et son cadre naturel exceptionnel, m'a permis de me ressourcer et de me reconnecter avec moi-même. C'était un vrai défi de vivre sans eau courante ni électricité, mais ça m'a permis de me déconnecter du monde extérieur et de me concentrer sur l'essentiel



Jour 1: Une aventure qui débute…


On est enfin arrivés hier, après un trajet à rallonge depuis Narok, où on a avalé les kilomètres sur cette route qui ressemblait plus à une piste cahoteuse qu'à une vraie route. On a passé environ 5 ou 6 heures à secouer nos popotins dans des vallées perdues, à traverser des villages minimalistes.


Arrivés au camp Neloita en fin de journée, vers 17h30 je crois, on a vite découvert nos cases et fait nos lits. Un confort étonnant dans les conditions de ce camps au milieu de la forêt primaire de l'enfant perdu. Deux chambres, deux grand lit faits maisons avec matelas, des toilettes sèches maison aussi propres et à la fois spartiates, un douce mélange qui permet d'être à la fois sorti du confort mais pas complètement. Les douches aussi à l'extérieur sont vraiment bien pensées






Puis, on s'est tous rassemblés autour du feu pour que Nenkai, notre super hôtesse, nous raconte l'histoire du coin et des Maasaïs. Les questions fusaient de partout, alors on a fini par dîner assez tard, en plus c'était l'anniversaire d'Audrey, une des participantes, alors on a eu droit à un petit spectacle de chants et danses maasaïs en son honneur.


Et voilà, l'aventure peut commencer… Perdus au milieu de nulle part, dans cette forêt où le calme règne, ponctué par quelques bruits d'animaux par-ci par-là.


Aujourd'hui, j'ai commencé ma journée par une douche à la mode Maasaï, avec une bassine d'eau chaude dans un petit coin entouré de bâtons tressés. C'était vraiment typique et très agréable, même si j'ai un peu galéré pour me laver le dos lol !


Ensuite, le petit déj : on se régale bien avec un menu végétarien, plein de chou, de patates et de riz. Le matin, c'est crêpes bien huilées, omelette, pain grillé avec du miel, de la confiture et même du chocolat à tartiner… et bien sûr, des fruits. Rien de super exotique le matin à part les fruits, mais ça change quand même. Et on a même pu goûter au chai latte, comme en Inde, j'adore !


Après ça, c'était l'heure du cercle avec Manue et Sylvie, un moment intense et libérateur, qui a duré une éternité car on s'est retrouvés à table vers 14h/15h sans que je m'en rende compte, mon téléphone étant resté dans ma chambre (oh! la déconnexion).


Vers 16h, on est partis faire une "petite" balade avec les Maasaïs. C'était tranquille au début, mais très vite, je me suis retrouvée les yeux bandés pour une marche à l'aveugle, guidée par un Maasaï en silence. Après ça, la descente vers la rivière a été un peu rude pour mon genou, mais une fois en bas, on s'est régalés avec un goûter, que j'ai dû prendre debout pour éviter les fourmis qui me mordaient de partout où je m'installais !

On en a aussi profiter pour découvrir quelques plantes médicinales, et récupérer des racines pour une décoction maison pour ma toux.





Ensuite, les Maasaïs ont enchaîné avec leur danse et leurs chants avant qu'on se lance dans la remontée…eux super en forme pour moi, un vrai challenge ! Bizarrement, j'ai trouvé un rythme qui me convenait et je me suis retrouvée dans les premiers à atteindre le sommet, et franchement super fière de moi.


Les courbatures, on verra bien demain…


La soirée s'est terminée autour du feu, avant le repas, avec les tambours qui ont bien plu aux Maasaïs, et puis on s'est régalés avec un plat de lentilles et de choux verts un peu bizarre, mais mélangés, c'était délicieux.



Jour 2: À la découverte de soi


Ce matin, la fatigue est bien là… pas trop envie de bouger. Après le petit déj, je me suis laissée aller à lire dans ma chambre en attendant le premier atelier. Le matin, c'est le moment des câlins avec les Maasaïs… un peu dur pour moi, les conversations matinales, haha !


La matinée a été compliquée pour moi, surtout avec l'atelier sur la rencontre avec l'autre… un vrai calvaire aujourd'hui. J'étais toujours malade et on sait bien que quand le corps parle durant une retraite c'est pas pour rien … Après une petite sieste, j'ai quand même réussi à participer à la rencontre des femmes Maasais, à faire des bijoux ensemble et à discuter de nos cultures, du mariage, de l'allaitement… C'était vraiment enrichissant.


On a aussi abordé des sujets sérieux comme l'excision, avant et après, les croyances autour de ça… Leur mariage et leurs journées de travail. Puis je suis retournée me coucher, trop épuisée.



Jour 3: À la découverte de l'enfant en moi


La toux est toujours là, mais je me sens mieux, moins fatiguée. Hier était une journée éprouvante, mais j'ai réussi à parler un peu de ce qui me pesait et ça va mieux maintenant. J'ai pu exprimer mes soucis à Élodie, ma coloc, et puis à Manue et Sylvie pour me libérer.


Ce soir, on chante autour du feu, Alexandra notre hôtesse, a sacré son tambour. La journée a été plus douce pour moi, moins fatiguée, plus présente… Je commence à apprécier l'endroit où on est, et la petite Heidi en moi est en joie de réaliser un rêve d'enfant. Grimper dans un arbre m'a permis de me reconnecter avec moi-même et de réfléchir sur mes rêves d'enfant, sur le besoin que j'avais de m'éloigner un peu du monde pendant un temps. Nous avions pour mission de construire un Land art, le mien a été fait dans cet arbre, avec la signification qui apparaissait clairement au fil de sa construction... Les connexions sont nombreuses et fragiles, elles vont au gré de nombreux facteurs, ils faut les entretenir sans se laisser envahir, et parfois il faut laisser partir pour que d'autres puissent venir ou juste pour libérer de l'espace pour soi.


Cette nuit, trois cabanes ont été envahies par des fourmis… pas cool ! Mais bon, ça fait partie de l'aventure, haha !



Jour 4: À la conquête des sentiers


Aujourd'hui, c'était jour de randonnée… Départ à 9h pour l'aventure ! On était prêts à découvrir de nouveaux horizons, même si on avait aucune idée d'où on allait .... Juste "là-bas... 😅".


Dès le départ, on a vite réalisé qu'on était en montagne : des chemins vallonnés presque tout le temps, sauf quand on se faufilait à travers les forêts. Les paysages changeaient à chaque pas, parfois ça ressemblait à nos belles campagnes françaises, d'autres fois on aurait dit la Forêt de Guyane. Et puis, il y avait cette terre, mi-rouge mi-cailloux, parsemée de gros rochers et de petits morceaux de quartz. Marcher sur ces cristaux, c'était à la fois étrange et magnifique.


Après un petit moment, on est arrivés à notre pause repas : une simple salade de riz, des olives, des beignets… Pas toujours facile d'échapper au gluten ici, mais bon, on se débrouille avec ce qu'on a ! Le lieu était juste splendide, avec ce mélange de terre rouge et de gros rochers qui nous entourait.


Ensuite, direction l'école du coin, perdue au milieu de nulle part. Deux bâtiments, construits par un Rotary, abritaient quatre classes de niveaux différents, avec seulement deux professeurs pour s'occuper de tout ce petit monde tour à tour.


Dans les classes, c'était le silence total, chacun concentré sur son travail. Les enfants étaient ravis de nous voir, de nous saluer, de prendre des photos avec nous… C'était vraiment émouvant, et ça m'a beaucoup rappeler les voyages humanitaires en Inde.


Après cette belle rencontre, on est allés rendre visite à une famille Maasaï, des amis de nos hôtes. On s'est régalés avec du thé chai et des chapatis, un moment qui m'a aussi ramenée en Inde, dans l'ambiance et les saveurs.


Certains, fatigués de la rando, ont décidé de remonter en moto ( à trois sur une moto, très drôle !), tandis que nous sommes repartis à pied. Sur le chemin du retour, on a croisé une famille de singes magnifiques, avec leur pelage noir et blanc qui flottait dans le vent.


Arrivés après 2h30 de marche, il faisait déjà nuit. Nos jambes étaient lourdes, nos pieds fatigués, mais on était tous fiers de notre journée : environ 17 kilomètres, avec des montées, des descentes et des paysages et des rencontres à couper le souffle.


La douche Maasaï, même de nuit, a été un vrai bonheur, avec cette eau chaude qui apaisait mes muscles endoloris. Malgré la journée bien remplie, je me suis couchée un peu tard, avec en tête les fourmis qui nous ont causé des soucis pendant la nuit… Espérons qu'elles me laissent tranquilles encore cette nuit ...



Jour 5: Un voyage au cœur de soi-même


Finalement, je me suis réveillée un peu tard à cause de la nuit agitée. Pas de fourmi, mais là visite incongrue et non désirée d'une puce dans mon duvet, me valant de battaillerdurant plus d'une heure .... C'était elle ou moi !

Le temps était un peu gris, et j'avoue que j'étais bien naze. Mais bon, comme on est à l'heure africaine et que j'avais prévu de prendre ma douche Maasaï en début d'après-midi pour laver mes cheveux tranquillement, j'étais au final pile dans les temps. J'ai même eu le temps de lire un peu avant l'atelier du matin.


Cet atelier, au départ, je n'étais pas trop motivée, mais finalement, il s'est révélé être très touchant. Le thème du jour : "l'homme et le sacré".


L'après-midi, les femmes Maasaï sont venues nous rendre visite pour un petit marché devant nos portes, avec leurs créations artisanales. C'était vraiment sympa de voir leur travail et d'échanger avec elles.


Ensuite, direction une bénédiction sous un arbre sacré, un moment suspendu dans le temps, rempli de belles énergies.





Au retour, on s'est retrouvés autour du feu pour partager un repas, et on a fini la soirée en partageant ce qu'on avait ramené pour les Maasaïs. C'était drôle de voir leurs réactions face à certains aliments qu'ils ne connaissaient pas du tout, comme les noix, le fromage ou les poivrons.




Jour 6: Le retour tranquille à la réalité


Et voilà, c'est déjà le dernier jour… Une sensation étrange mêlée à l'envie de rentrer chez soi. Ce matin, j'ai pris le temps de faire le bilan de cette semaine incroyable, de toutes ces découvertes et de toutes ces rencontres.


L'atelier du matin était dans le bilan, et mon enfant intérieur autrement nommé Heidi, était bien là, accompagné de ce sauvage naissant. Nous avons ensuite poursuivi par une danse intuitive, belle et intense, qui m'a valu un joli coup de soleil sur les bras et beaucoup de joie au cœur. Les Maasais se sont ensuite joints à nous dans les danses, un beau moment 😍


(Vidéo réalisée par Laurent.)


Nous finirons la journée avec un mariage de soi à soi, avec une cérémonie Maasais un peu transformée pour nous. Des engagements à tenir pour soi même et qui posent cette phrase que je retiens:


"Je t'aime, mais jamais plus que je ne m'aime moi même !"





Je repars demain remplie de joie, de souvenirs et de belles rencontres. Heureuse aussi d'avoir découvert cette femme incroyable, inspirante, et de retrouver bientôt mes proches. Le voyage est déjà une expérience inoubliable et les retraites ont cette magie qui transforme et qui transporte.


.





Infos et Adresses:



Retaite Spirituelle par Emmanuelle Coach holistique


Neloïta Camp


Association d'aide aux Massais



Comments


bottom of page